Blog » Nikon Coolpix A et Nikon D7100 : Prise en main

Nikon Coolpix A et Nikon D7100 : Prise en main

Dévoilés début mars, le nouveau reflex Nikon D7100 et le compact expert Nikon Coolpix A étaient hier présentés à la presse française. Premier avis sur ces nouveautés.

Nikon D7100, dans la lignée du D7000…

Débutons avec le Nikon D7100, le nouveau reflex milieu de gamme de la marque jaune. Successeur du D7000 lancé il y a maintenant trois ans, le D7100 tient davantage d’une mise à jour que d’une réelle nouveauté.

Nikon-D7100-face

Au programme, quelques améliorations dont la principale est à chercher du côté du capteur. La définition augmente et s’établit désormais à 24 MP (contre 16 MP auparavant) afin de davantage correspondre aux standards actuels.
Autre nouveauté, le filtre passe-pas disparait afin d’améliorer encore un peu plus la qualité d’image (du moins en théorie). Nikon met aussi en avant une dynamique en hausse mais sans s’étendre précisément sur le sujet. Idem sur les (éventuels) gains à attendre du côté de la sensibilité (dont la valeur maximale nominale est toujours de 6400 ISO). Il faudra donc attendre les premiers tests pour en savoir davantage à ce sujet.

Le D7100 adopte également le processeur Expeed 3, l’autofocus 51 points ou encore la cellule 2016 points. Des caractéristiques partagées par les reflex pro de la marque. Idem pour le viseur 100% et le mode vidéo désormais compatible Full HD à 60 images / secondes. De belles caractéristiques.

Nikon-D7100-vue-haut

Pas de surprise du côté de la prise en main. L’ensemble est équilibré malgré un poids contenu. Le grip améliore bien entendu le prise en main mais au prix de quelques grammes supplémentaires et d’une augmentation substantielle de la facture. L’ergonomie est dans la lignée de ses prédécesseurs. La double molette de sélection des modes PSAM et de la cadence de prise de vue est en revanche moins convaincante.

Avec un tarif officiel de 1149€ nu, ou 1349€ avec le 18-105 mm, le Nikon D7100 conviendra aux amateurs expérimentés mais aussi aux professionnels à la recherche d’un second boitier au format DX. Pas sur en revanche que le « switch » soit justifié pour les utilisateurs actuels du D7000. L’achat d’un beau cailloux me semble plus judicieux.

Consultez l’intégralité des spécifications du Nikon D7100

Coolpix A, le compact pour seconder le reflex ?

Passons maintenant à la nouveauté le plus intéressante de ce printemps chez Nikon, le Coolpix A. Après s’être affronté sur le marché des reflex, les constructeurs semblent désormais s’intéresser aux « compacts experts ». Fuji a ouvert la voie avec son X100 et montré qu’une demande existe bien pour ce type d’appareils, plus compacts que les reflex mais dotés d’une qualité d’image et de fonctionnalités aptes à répondre aux exigences des utilisateurs expérimentés. A l’inverse de Fujifilm ou d’Olympus, ses principaux concurrents, Nikon ne mise pas sur le look rétro pour son compact expert. Les lignes du Coolpix A sont sobres. Un bon point pour les adaptes de la discrétion. Le coloris noir est plutôt flatteur, tout comme le toucher qui rappelle certains reflex de la marque. Bonne surprise de ce côté donc.

comparaison-taille-Fuji-X100-Nikon-coolpix-A

Nikon revendique le titre du « compact avec capteur APS-C le plus compact du marché« .
Le Coolpix A possède effectivement des dimensions contenues, du moins plus contenues que celles du Fujifilm X100s mais encore loin d’un compact type Sony RX100 (mais ce dernier n’est pas doté d’un capteur APS-C). Il peut malgré tout se glisser dans une (grande) poche ou se faire oublier au fond d’un sac. Revers de la médaille, et sans surprise, cette (relative) compacité se ressens sur la prise en main. Moins franche que celle des Fuji X ou autre Olympus OMD.

Niveau ergonomie, les habitués de la marque jaune ne seront pas dépaysés. Nikon a en effet tout simplement repris les menus de ses reflex. Bonne idée. Quelques boutons d’accès direct sont présents, permettant par exemple de régler la valeur ISO, de zoomer ou encore de corriger l’exposition. Petit plus, deux boutons « Fn » personnalisables sont aussi de la partie (l’un à gauche de l’écran arrière, l’autre à l’avant, à côté de l’objectif). Sans oublier, une molette ou « roue codeuse » à la Canon. L’ensemble est intuitif, surtout pour un utilisateur Nikon. L’accès à certaines fonctionnalités semble toutefois un peu plus complexe. A confirmer lors du test.

Nikon-Coolpix-A-03

A l’intérieur, Nikon a choisi d’intégrer le capteur de son D7000. Un modèle 16 MP désormais dépourvu de filtre passe-bas, une tendance qui se généralise depuis quelques mois. L’autofocus est lui aussi hérité du D7000. Avec son processeur Exceed 2, le Coolpix A propose un autofocus qui m’a semblé assez véloce pour un compact. Plus réactif que celui du X-Pro en tout cas. Là encore, les tests confirmeront ou infirmeront cette première impression. De même, il sera intéressant de voir comment se comporte le capteur en basse lumière et quel sera l’apport de la suppression du filtre passe-bas. Nikon réussira-t-il à rivaliser avec les modèles concurrents équipés de capteurs de dernière génération ? Les spécialistes de la question devraient prochainement nous apporter des éléments de réponses…

Côté objectif, Nikon a choisi un 18.5 mm, équivalent d’un 28 mm en 24×36, doté d’une ouverture de f2.8. Une focale plus « grand-angle » que celle du Fuji X100s qui affiche l’équivalent d’un 35 mm en 24×36. Ce dernier est toutefois plus ouvert (f2). L’objectif est se rétracte une fois l’appareil hors tension afin de réduire l’encombrement et assurer une relation protection. Une bague permet de régler la mise au point en mode manuel. Pas franchement convaincant ni agréable, à l’instar des autres compacts à objectifs interchangeables.

Nikon-Coolpix-A-viseur-optique

Terminons par un point qui a déjà fait couleur beaucoup d’encre numérique : l’absence de viseur optique. Une caractéristique chère à certains utilisateurs allergiques à la visée via écran arrière. Certes en plein soleil, utiliser l’écran n’est pas toujours aisé ni agréable. Mais, faut-il mieux intégrer un viseur optique (souvent peu lumineux sur ce type d’appareil) et par conséquent, augmenter l’encombrement ou faire l’impasse afin de gagner quelques précieux millimètres ? Les avis divergent… Nikon propose toutefois une solution (de secours ?), acheter un viseur optique proposé en accessoire. Vous pourrez également opter pour un module GPS, WiFi ou encore une housse de protection. De quoi alourdir encore un peu plus la facture (329€ !), déjà assez salée…

En effet, le Coolpix A est proposé au prix conseillé de 999€. Un tarif inférieur de 200€ à celui de son principal concurrent, le Fuji X100s. Mais ce dernier ne manque pas d’atouts pour justifier cet écart de prix… A commencer par son double système de visée (optique et électronique), un nouveau système de mise au point qui semble prometteur (du moins sur le papier), sans oublier son capteur X-Trans dont les qualités ne sont plus à démontrer. La tâche s’annonce donc rude pour le Coolpix A, à moins que le « street price » soit finalement plus abordable que celui annoncé… Dans cette hypothèse, le Nikon pourrait sans doute tirer plus facilement son épingle du jeu.

Retrouvez la présentation complète du Nikon Coolpix A sur le site Nikon

3 commentaires

  1. Bon tuto sur ce nouvel apn Nikon, qui se met aux pixels.
    Comme it dans l’ article, la différence entre ce D7100 et son prédécesseur est pas assez marquée pour justifier le passage de l’un a l’autre..
    Après, ( étant Rouge et donc pas très connaisseur du Jaune ) je n’ ai pas pu conseiller un proche qui hésite entre le D5200 et le d7000 …

  2. Julien dit

    La différence entre le D5200 et le D7100 est du même ordre que celle entre le 60D et le 7D. Les réglages et l’ergonomie sont plus poussés sur le D7100 (double molettes, AF plus performant, …).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *